L’AFN dans la Première Guerre mondiale

24.00 

Cahiers pour la mémoire de tous et la mémoire de tout

Si, dans les mémoires, la Première Guerre mondiale est une guerre européenne avec ses hauts lieux (Marne, Verdun, Somme…), les premiers coups de canons sont pourtant tirés par le Goeben et le Breslau dès le 4 août 1914 contre les ports de Bône et de Philippeville. L’Afrique française du nord (AFN), avec ses deux protectorats et ses départements français depuis 1848, se voit entièrement mobilisée dans l’effort de guerre contre l’armée allemande : pieds-noirs et indigènes sont enrôlés. Dans ces troupes formées pour les circonstances, à l’hétérogénéité des formations s’ajoute celle des statuts juridiques des hommes.

Il y a de plus en AFN des cultures et des religions qui cohabitent et pour lesquelles le sentiment national n’a ni la même signification, ni le même degré de conscience d’appartenance, encore moins d’allégeance, à la métropole. Et la guerre – sous la forme de révoltes permanentes ou sporadiques – a lieu aussi au Maroc, au Sahara et dans l’Aurès. Les traces de la conquête n’ont pas disparu et l’opposition religieuse reste un trait spécifique à l’AFN ; d’où les efforts déployés par la France au travers de la réouverture du pèlerinage de la Mecque et les monuments religieux érigés en métropole.

Les contributions lors de la Journée d’études du 15 octobre 2014 sont ici réunies. Elles présentent ces différents aspects de la Première Guerre mondiale, à travers le prisme de l’AFN.

16×24, 172 pages

ISBN : 978-2-36013-327-7

Nouvelle commande du site