Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre d’Algérie à nos jours

24.00 

Sous la direction de Fanny Bugnon et Isabelle Lacroix

La violence politique n’a jamais disparu en France. Pourtant, la mise sous silence ou le dénigrement du phénomène et de ses motivations idéologiques demeurent toujours prégnants. La période qui s’ouvre après la fin de la guerre d’Algérie est généralement considérée comme une période de pacification de l’espace national sur le plan militaire, malgré la contestation des « années 68 » et l’essor des mouvements nationalistes. Les récents attentats, le plan vigipirate et l’état d’urgence viennent toutefois bouleverser la tendance.
Dès lors, comment penser la violence politique en régime démocratique ? Quelles sont ses formes, ses causes, ses espaces ? Quelles identités produisent ce phénomène dans le rapport à l’État-nation ?
À travers un panorama de la violence politique en France durant les 50 dernières années, de l’Action française aux militants de gauche radicale et indépendantistes, cet ouvrage entend sortir le phénomène de son exceptionnalité. Il invite à analyser le continuum historique et les mutations de l’action politique violente du point de vue des frontières géographiques et de celui des politiques françaises.

 

Fanny Bugnon est maîtresse de conférences en histoire à l’université Rennes 2. Isabelle Lacroix est sociologue post-doctorante à l’université Versailles-Saint-Quentin. Leurs travaux portent notamment sur les formes d’engagement politique en marge de la légalité dans la France contemporaine.

 

La collection « Violences et radicalités militantes en France » rassemble les actes des colloques, journées d’études et tables rondes du programme pluridisciplinaire de l’ANR Vioramil qui étudie de manière quantitative et qualitative toutes les formes de violences et radicalités militantes commises en France depuis les années 1980.

Format : 16 X 24
ISBN : 978-2-36013-439-7

Nouvelle commande du site