Sale!

Le cinéma d’Abdellatif Kechiche

20.00 

Prémisses et devenir

Emna Mrabet

Quels procédés esthétiques et cinématographiques dans l’oeuvre d’Abdellatif Kechiche ? Et quel contexte particulier que celui de l’évolution de la représentation cinématographique de la population d’origine maghrébine en France ? Une analyse esthétique d’un corpus de films choisis permet d’observer les prémisses de cette oeuvre en devenir et d’appréhender la spécificité d’un mouvement qui débute dans les années soixante-dix et s’affirme au milieu des années quatre-vingt avec la sortie du film Le Thé au harem d’Archimède de Mehdi Charef. Il s’agit par là même d’interroger l’appellation « cinéma beur » employée pour désigner les cinéastes franco-maghrébins qui émergent dans le sillage de Mehdi
Charef.
Cette mise en contexte permet ainsi d’observer de quelle manière le cinéma d’Abdellatif Kechiche se situe à la fois en continuité et en rupture avec ce courant. Une analyse approfondie des cinq films constituant à ce jour la filmographie du cinéaste – La faute
à Voltaire, 2001 ; L’esquive, 2004 ; La graine et le mulet, 2007 ; Vénus noire, 2010 ; La vie d’Adèle chapitres 1&2, 2013 – permet de mettre en lumière les mécanismes artistiques à l’oeuvre dans ses films et d’initier une réflexion sur la singularité de son écriture, ainsi que sur l’avènement d’une cinématographie qui interroge le cinéma français sur sa capacité à recomposer la réalité dans sa dimension actuelle et polymorphe.

Emna Mrabet a soutenu à l’Université Paris 8 une thèse de doctorat en études cinématographiques intitulée Contexte et développement du cinéma franco-maghrébin (1969-2013). L’exemple d’Abdellatif Kechiche.

Collection dirigée par Frédéric Sojcher, professeur en études cinématographiques à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ouvrage publié avec Archimbaud éditeur.

Format 17 X 22,5

ISBN : 978-2-36013-429-8

Categories: , , . Tag: .

Nouvelle commande du site