POUPAK – conte philosophique iranien

12.00 

Hormuz Kéy

Poupak est un oiseau gris au regard vif et étonné : quelques plumes très noires et longues dépassent de son petit corps. Il arrive de l’autre côté du désert, à Hormuzabad, aux portes du désert iranien pour retrouver la paix …

Mais ici, comme là-bas, il est fébrile et inquiet. Pour apaiser son esprit troublé, il demande l’adresse de Dieu à tout le monde mais personne ne sait lui répondre. Un jour pourtant, un vieil oiseau, avant de mourir, la lui murmure à l’oreille. Aussitôt Poupak lance un appel à tous les oiseaux et se perche sur la plus haute branche d’un vieil amandier, dans un village abandonné, pour tenir un long discours. Des créatures dont les races, les tailles et les couleurs sont confondues se pressent sur le sol…

Très attentifs, les oiseaux écoutent Poupak, qui les invite tous à le suivre pour contempler Dieu en personne.

Une fois sa harangue terminée, Poupak descend de la branche qui lui a servi de tribune et tous les oiseaux se rassemblent autour de la fontaine pour s’abreuver, avant de s’envoler vers la montagne d’Alborz, près de Téhéran : là où se situe la demeure de Dieu. Le voyage prit une nuit entière, nuit obscure et glaciale. A l’aube d’une journée ensoleillée ils atteignirent l’Alborz. Ils réunirent leurs forces pour ouvrir la grande porte. Poupak, escorté des autres oiseaux, pénétra dans la demeure de Dieu. A l’intérieur il n’y avait rien, hormis la poussière et un miroir immaculé.

Cependant nul n’ouvrit le bec pour décrire ce qu’il avait vu dans le miroir…

Hormuz Kéy porte le même nom que son village natal planté au bord du désert tout près de Yazd en Iran. Écrivain et cinéaste, il enseigne le cinéma à l’Université de Marne-la-Vallée depuis 2003. Il a réalisé notamment « Filles d’Iran, un chemin secret dans la montagne »,  » La vie est une goutte suspendue » et co-réalisé « Jardins du paradis »…

120 X 175 cm – 193 pages
ISBN: 978-2-36013-052-8

Nouvelle commande du site